Cheminée

La cheminée de Scotstown témoigne

Journal Le Haut-Saint-François

Mercredi, 8 juillet 2015

Dans l’optique du programme Cœur villageois, la ville de Scotstown vient d’ajouter un fleuron à sa gamme d’infrastructures et d’aménagements esthétiques.

La cheminée de la Guelph company porte en ceinture des photos historiques relatant les premiers temps des industries et du chemin de fer qui ont fait de ce magnifique coin de pays un chef-lieu économique et social.

Fruit de la collaboration du Ministère de la Culture et des Communications du Québec, du CLD du Haut-Saint-François, grâce aux efforts de Julie Pomerleau, agente de développement culturel et, de la Ville, cette installation a vu le jour dans cette optique. Quelque 25 000 $ ont été nécessaires pour réaliser ce projet qui donne du mordant aux réalisations antérieures et qui sera gage de succès pour ceux prévus.

Les recherches et la rédaction des textes relèvent des travaux de Michel Chrétien et Chantal Ouellet, mairesse de Scotstown. Les photos proviennent des nombreuses rencontres qu’Anne Dansereau a effectuées auprès de la communauté anglophone de la ville, principalement. Les entreprises étaient détenues par ces derniers qui s’étaient installés sur place. Scieries, exploitation du granit sur trois sites, manufactures leur appartenaient.

La traduction est due au talent de June Ellison. Des étudiants du Cégep de Sherbrooke ont contribué à l’œuvre en rédigeant le livret historique et en réalisant quelques représentations graphiques intégrées aux clichés.

Robert Roy, préfet suppléant, a vécu quelques années à Scotstown. Avant la conférence de presse, il a visité quelques rues qui avaient marqué son enfance dans lesquelles il a retrouvé, avec bonheur, quelques très belles résidences témoignant de la vitalité économique de l’époque.

« Je suis resté attaché au milieu, j’ai des attaches sentimentales », confiait-il à la vingtaine de personnes réunies pour inaugurer le site, témoin d’une tranche d’histoire de cette partie Est de l’Estrie.

Il a insisté sur la beauté du corridor floral et ligneux qui guide le touriste. « C’est une ville en changement », reconnaissait-il en s’adressant à Mme Ouellet.

La mairesse indiquait que cette installation, à la cheminée, s’ajoutait à la construction de la gloriette et de la marquise, de l’aménagement du parc Walter-Mckenzie avec ses jeux d’eaux et autres terrains destinés à la pratique de sports intergénérationnels. « On ajoute à tout ça des éléments d’histoire », mentionne-t-elle.

Depuis peu, le Sain Café, installé dans l’église United, a subi toute une cure de rajeunissement. Il est opéré par des bénévoles heureux d’accueillir les touristes.

Le futur culturel et touristique de Scotstown s’annonce prometteur avec le prolongement de la piste cyclable du Parc du Mont-Mégantic, secteur Franceville. D’autres idées cheminent, et sous peu, prévoit Mme Ouellet, elles se concrétiseront.